Cuba - Rapport Mondial 2009

169 sur 173 dans le dernier classement mondial

-  Superficie : 110 860 km2
-  Population : 11 267 000
-  Langue : espagnol
-  Chef de l'État : Raúl Castro (depuis février 2008)

Cuba est le seul pays du continent américain à ne pas tolérer de presse indépendante. L'île se classe toujours au rang de deuxième prison du monde pour les journalistes avec 24 emprisonnés. Les changements observés depuis l'accession au pouvoir de Raúl Castro restent timides.

Cuba est le seul pays du continent américain à ne pas tolérer de presse indépendante, hors du strict encadrement de l'Etat. Les médias officiels (une télévision, un radio, deux quotidiens - Granma et Juventud Rebelde - et leurs déclinaisons locales) servent d'abord à relayer la propagande du régime. Seules quelques revues catholiques sont tolérées. Les journalistes dissidents travaillent donc clandestinement et se voient dans l'obligation de publier sur des supports extérieurs, en particulier des sites de la diaspora cubaine de Miami, ce qu'ils ne peuvent diffuser à leurs concitoyens de l'île. Cuba se classe toujours au rang de deuxième prison du monde pour les journalistes après la Chine, depuis le « Printemps noir » de mars 2003. Dix-neuf des 27 journalistes arrêtés à l'époque sont encore sous les verrous, dont le correspondant de Reporters sans frontières, Ricardo González Alfonso. Un autre a été condamné en 2005 à sept ans de prison et quatre ont écopé de peines de trois ou quatre ans depuis la présidence de transition assumée par Raúl Castro le 31 juillet 2006, avant que celui-ci ne succède officiellement à son frère, le 24 février 2008. Les harcèlements contre la dissidence demeurent, même si le nouveau pouvoir a donné quelques timides signes d'ouverture. Le 27 février 2008, quatre jours après l'intronisation de Raúl Castro, Cuba a signé - sans les ratifier - les deux Pactes des droits de l'homme des Nations unies (l'un relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, l'autre portant sur les droits civils et politiques). Le 24 février a été levée l'interdiction faite aux Cubains de se rendre dans les grands hôtels dotés d'une meilleure connexion Internet. Ils ont reçu en outre l'autorisation de se procurer du matériel informatique individuel et obtenu la légalisation des téléphones portables. Le 15 février 2008, quatre dissidents arrêtés lors du « Printemps noir », dont le journaliste Alejandro González Raga, ont été libérés grâce à la médiation du gouvernement espagnol qui les a d'ailleurs accueillis sur son sol. Enfin, l'utilisation d'Internet reste étroitement contrôlée, même si les difficultés de connexions résultent aussi des restrictions imposées par l'embargo nord-américain en vigueur depuis 1962.

Reporters sans frontières - Cuba - Rapport Mondial 2009 (21 May 2009)

http://www.rsf.org/article.php3?id_article=31089